Université de Strasbourg

L’Herbier de Strasbourg rassemble 500 000 spécimens du Monde entier. Créé en 1884, dans le cadre de la "Kaiser-Wilhelm-Universität", il est composé notamment d‘un Herbier général de 150 000 spécimens et d’un Herbier d’Alsace de 50 000 spécimens.

L’inventaire des collecteurs et des collections montre que plus de 2 500 collecteurs et plus de 600 collections sont représentés dans l’Herbier de Strasbourg. Les récoltes sont mondiales, avec d’importantes collections d’Europe centrale et méridionale, des Alpes suisses, italiennes et autrichiennes, des pays du bassin méditerranéen, du Proche-Orient et d’Amérique du Nord.

L’Herbier de l’Université de Strasbourg est la référence pour la Flore d’Alsace. Avec plus de 50 000 spécimens, cette collection rassemble les plantes indigènes ou cultivées observées dans la région et dans les environs depuis la fin du 19ème siècle.

L’Herbier général rassemble des collections du monde entier, dons des grands herbiers européens (Berlin, Budapest, Cambridge, Göteborg, Hambourg, Kiel, Munich, Stuttgart, Vienne, Wroclaw, etc.). Les récoltes datent du 19ème siècle. De nombreux types sont présents et en cours d’analyse.

Les herbiers de cryptogames rappellent que Strasbourg a été une Université très active dans l’étude des bryophytes, des lichens, des algues et des champignons jusqu’au milieu du 20ème siècle. Une cinquantaine de centuries complètent cet inventaire.

D’importantes collections particulières sont présentes, l’Herbier Mühlenbeck de la première moitié du 19ème siècle, avec des spécimens d’Afrique du Sud, l’Herbier Schlumberger d’Alsace et des Vosges vers 1860, l’Herbier H. de Boissieu, plantes de France, des Alpes et du Sud de l’Europe du début du 20ème siècle, l’Herbier Mantz qui couvre toutes les Alpes françaises, suisses et italiennes, l’Herbier Engel, avec une collection récente d’orchidées européennes. L’herbier reçoit chaque année plusieurs collections. En 2013-2014 l’Herbier a reçu la collection A. Schneider du Nord de l’Alsace (4 000 spécimens) et plusieurs petits herbiers d’instituteurs ou d’étudiants en sciences naturelles, en pharmacie ou en médecine.

Les travaux actuels portent sur la révision de l’Herbier d’Alsace, sur l’inventaire des collecteurs et des collections de l’ensemble des herbiers, sur la révision de quelques groupes particuliers dont les Lycopodiaceae, les genres Cornus et Dianthus et sur l’inventaire des Herbiers R. Engel et G. Lapraz, entre autres.

Des groupes d’étude participent à la vie de l’herbier, avec la révision des collections régionales de bryophytes, la révision des fétuques à feuilles fines, l’étude des genres Cornus et Linaria.

L’Herbier organise des stages d’initiation à l’étude des Herbiers pour les étudiants de Master. Ces stages permettent aux étudiants soit d’étudier un genre particulier dans les diverses collections (genres Tilia, Melandrium, Iris, Crataegus) ou d’étudier la collection d’un botaniste (Herbier Grauvogel – géologique alsacien et un herbier Suisse de 1848). Chaque étude est publiée dans une revue ou sur le site de l’herbier. L’informatisation des herbiers a débuté en 1997. Plus de 80 000 spécimens sont enregistrés. Une conversion sur Sonnerat est en cours ainsi que la numérisation de nouveaux herbiers.

Salle de travail de l'herbier © Herbier de l’Université de Strasbourg

Etiquette de E. Petry « Herbarium Vogeso-Rhenanum ». © Herbier de l’Université de Strasbourg.

Lonicera splendida Boiss - Herbier E. Bourgeau. © Herbier de l’Université de Strasbourg.